INTERVIEWS

Le site officiel de Baky KONE


  Retour aux interviews

Interview réalisée par Ugonice avec la participation d'Alex (OGCN).
http://bakykone.free.fr
Jeudi 01 mars 2007

" Enfin le retour de Baky au Moustoir..."
Interview n°12

10 minutes de footing, 10 minutes d'étirements, 15 minutes d'un jeu passes en mouvement, puis toute une série de mise en situations offensives. On ne compte alors plus l'heure, et voilà que Baky nous invite à nous asseoir pour répondre à nos questions. Juste le temps de chambrer Drissa Diakité qui passait par là sur les résultats de sa sélection nationale. " Le Mali, tu sais ceux qui perdent contre la Côte d'Ivoire ! " lance Baky. Puis, estompant un temps son sourire, il nous fait comprendre qu'il est disponible. " On peut commencer ".





"De la Côte d'Ivoire..."

Quelques nouvelles de la sélection nationale. La dernière fois que l'on s'est vus, tu avais joué ton premier match avec Stielike. Maintenant que d'autres sont passés et que tu as pu te faire une idée, comment vois-tu la sélection ivoirienne pour les prochaines échéances importantes (CAN, Coupe du Monde) ?
Je pense que l’on est bien partis. On a un bon groupe, on travaille ensemble depuis 2 ans maintenant, donc on se connaît bien. Pour l'instant, on est bien partis dans notre groupe de qualification pour la CAN. On arrive à gérer les matchs amicaux comme il faut. Pour la suite… on verra.

Qu'est ce que la "méthode Stielike" a de différent de la "méthode Michel" ?
Ils ont chacun leur style, à nous de nous adapter. Il y a eu un changement au niveau défensif, du système de jeu… On s’adapte, mais lui aussi s’adapte. Alors à partir de ça, on travaille tous ensemble pour que tout marche à merveille.


Salomon Kalou a enfin accepté la sélection ivoirienne. Comment le groupe a t'il vécu cet épisode ?
Je n’y étais pas, donc je ne sais pas comment cela s’est passé. (NDLR : Baky étant blessé, il a fait un aller-retour dans la journée pour faire constater sa blessure au staff médical ivoirien) Je vais peut-être appeler pour prendre des renseignements. Mais c’est clair que ça fait toujours plaisir de voir un frère venir à la sélection. Cela dépend aussi de son intégration, mais tel que je connais le groupe, je pense que cela s’est bien passé.

"...à l'OGC Nice !"

Passons à l’OGCN. Comment expliques-tu les meilleurs résultats actuels ?
Je me répète, on a rien changé. C’est juste la réussite qui nous manquait depuis le début de la saison qui est revenue. Cela nous fait beaucoup de bien et c’est arrivé au bon moment.

Le déclic, c’était peut-être aussi l’arrivée de Lilian Laslandes et de son expérience…
Aussi, c’est clair qu’il nous fait beaucoup de bien. Le déclic, je pense, c’était le match contre Lyon, où on a montré beaucoup de qualités morales, mais aussi techniques. On sait qu’on est passés juste à côté d’un exploit et d’une victoire. C’est de là que tout est parti. On s’est dit, si on doit faire quelque chose, c’est maintenant ou jamais. Ils ont raté leur penalty : la chance tournait et il fallait la saisir, c’est ce qu’on a fait.

Contre Troyes, tu étais omniprésent sur le terrain et directement impliqué sur les trois buts. Contre Lille tu es l’homme du match avec ton doublé. Qu'est-ce qui fait que tu régales tant les niçois en ce moment ?
Je sais pas, je ai rien changé depuis ! Avec les victoires qui s’enchaînent, on ose beaucoup plus, on a plus envie d’aller de l’avant et de pouvoir gagner. Avant, on pensait peut-être plus à ne pas encaisser de but, à ne pas perdre. On manquait de… de…

…Confiance ?
Oui c’est ça, même sans le vouloir, on manquait un peu de confiance.

Le but qu’on te refuse face à Lille et qui était pourtant valable, c’est frustrant sur le moment ? …ou quand tu revois les images ?
Sur le moment je ne sais pas… Je n’ai pas revu les images, mais j’ai appris ensuite que j’n’étais pas hors-jeu. Heureusement qu’on met le deuxième après, sinon ça allait rester là… dans la gorge. Mais bon on prend les trois points, logiquement, même si Lille poussait…

"On n'est rien sans l'équipe..."

Les journaux te complimentent beaucoup depuis les meilleurs résultats de Nice. C’est toi qui tires l’équipe vers le haut ou c’est le regain de forme de l’équipe qui révèle tes points forts ?
C’est plutôt la deuxième proposition ! On n’est rien sans l’équipe…


Tu te sens plus à l'aise dans une équipe qui marque et qui gagne…
Ce n’est pas ça, c’est qu’on travaille tous ensemble, on fait tout pour que tout aille bien. Maintenant ça commence à marcher, tant mieux pour moi… la dernière fois c’était Ederson qui concluait les actions, c’est passé par Lilian Laslandes et ensuite moi. Peut-être qu’au prochain match ce sera quelqu’un d’autre. Dans l’équipe tout le monde est en forme, on tire tous vers le haut.

En ce moment, ça va bien. Alors tu en profites pour savourer, tu t’éclates ?
Je me suis toujours éclaté, quels que soient les résultats. On oublie trop souvent que quand on monte sur le terrain, c’est pour prendre du plaisir et donner du plaisir.

Depuis ton arrivée à Nice, c'est la première fois que l'on te retrouve à faire des unes deux avec l'attaquant à tes côtés et vous semblez vous chercher et vous vous trouvez déjà très bien. Comment ressens-tu cette nouvelle association ?
Ça se passe bien, c’est vrai qu’on s’entend bien. Ça s’est aussi passé bien avec les autres… Lilian, c’est plus un joueur d’appui et il conserve bien le ballon, et je suis là pour faire la rupture et des appels en profondeurs, alors on est complémentaires.

Le fait d’avoir changé le système de jeu a aussi aidé ?
Je parle plus de l’animation de jeu, c’est le plus important. Quel que soit le système, si l’animation n’est pas là… Après il faut aller voir le coach pour savoir quel système il met en place.

Justement, Frédéric Antonetti a déclaré « Comme on pouvait le penser à son arrivée, Baky est train d’exploser ». Tu es d’accord avec lui ?
(rire) Je me sens juste de mieux en mieux, j’ose plus. Je me sens… très bien.

Alors, la période d’adaptation à la Ligue 1 dont on pouvait parler, elle est passée ?
On va dire oui… On va dire oui.

A Valenciennes, tu as tiré ton premier penalty avec Nice depuis ton arrivée. Ederson s'étant blessé, ce n'est pas Laslandes qui a pris le ballon mais toi, comment cela s'est-il passé ?
Normalement, je suis le troisième tireur. Mais avant que Laslandes n’arrive à Nice, on avait convenu avec Ederson que si je provoquais le penalty, il le tirait. Et vice-versa. En plus, comme le gardien connaît Laslandes, (Ndlr : A Bastia en 2002-2003) il m’a laissé frapper, alors j’ai pris le ballon et… j’ai frappé.

Quand tu as marqué, tu as eu un petit geste envers le public, pourquoi ?
Je ne fais jamais ça d’habitude, mais… ils passaient tout leur temps à me chambrer alors… J’entendais « Koné, Koné, on t’… » donc je leur ai dit de se taire un peu.

Plus généralement, la lutte pour le maintien est très serrée, plusieurs équipes du bas de tableau semblent "se réveiller" en même temps... Comment un joueur ressent-il ça "de l'intérieur" ? C’est frustrant ?
Au contraire ! Quand tu gagnes et que tu vois les autres gagner aussi derrière, tu te dis que tu dois rien lâcher, que rien n’est encore fait. C’est ce qu’on vit en ce moment. Samedi dernier, on a fait ce qu’il fallait et les autres ont fait de mauvais résultats, alors il faut continuer sur notre lancée.

Même s'il est toujours délicat d'annoncer un objectif en tant que joueur, t'es-tu fixé en tant qu’attaquant, un nombre de buts ou de passes décisives minimums ?
Mon objectif depuis le départ était d’atteindre le nombre de buts de la saison dernière. Là c’est fait. Maintenant, il faut encore beaucoup travailler devant le but pour en marquer le plus possible.


Tu penses pouvoir rattraper Savidan ?
Tout est possible dans la vie ! Surtout quand on croit en ses qualités, il reste encore 10 journées, je crois… 12 ? Tu vois, 6 buts à rattraper, c’est faisable. Surtout quand on voit qu’on peut en marquer 4 en un seul match ! (Ndlr : Savidan ayant fait un quadruplé contre Nantes)

Nice semble reparti sur les bons rails : 4 victoires et un nul sur les 5 derniers matchs. Mais toujours une seule victoire à l’extérieur depuis le départ. Comment tu sens l'équipe avant ce déplacement en Bretagne ?
Ce sera la deuxième ! J’espère. C’est un bon groupe, on va continuer.

Presque deux ans après avoir quitté Lorient, tu vas y rejouer pour la première fois. C'est avec une émotion particulière que tu fouleras la pelouse qui t’avait à l’époque révélé ?
Ça fait du bien d’y retourner, de retrouver tout le monde... Ça fera aussi bizarre, mais c’est le foot. Après quand le match va commencer, tout cela sera derrière et il faudra se concentrer sur notre sujet. On va tout faire pour gagner, on a vraiment besoin de cette victoire pour notre classement. C’est la loi du foot.

Et ça te fera plaisir de retrouver Christian Gourcuff…
Oui, toujours. Avec toute sa famille. (ému) J’ai toujours dit qu’il était comme un père pour moi, alors nos relations n’ont rien à voir avec le football. Ça dépasse largement ce cadre.

Si tu avais une chose à ressortir de ton passage à Lorient ?
Plein de choses ! L’ambiance, la ville, les gens étaient très amicaux, je me sentais comme chez moi.

"Nous en serons pas à Lorient pour du tourisme..."

Tu comptes leur faire visiter la ville à tes coéquipiers ?
(rire) Oh on n’aura pas le temps !… On part pour quelque chose de bien précis : pour gagner. On verra bien ce qui va passer, on pourra bien rigoler après quelque soit le résultat, je pense qu’il sera bon.

Ce genre de match, contre un ancien club, tu aimes ou tu préférerais éviter ?
J’aime. C’est quand même contre eux que j’ai mis mon premier but cette saison.

Si tu marques, tu fêteras ton but ?
Je ne sais pas… comme au match aller. Je n’ai rien fait de spécial. Je sais pas vraiment, on décide pas avant, ça vient comme ça c’est tout. Je vais peut-être crier de joie, ou sauter pour les supporters de Lorient avec qui ça s’est bien passé.

92eme minute, 0-0, un penalty, tu sentirais de le tirer ?
Oui ! Si c’est pour les trois points, je n’hésiterai pas.

Tu suis un peu les résultats de Lorient ? Tu en penses quoi ?
Oui, beaucoup. Ils font un bon parcours, pas de bons résultats depuis deux, trois matchs. Mais c’est une bonne équipe, ils viennent de Ligue 2 et pourront se maintenir s’ils continuent à joueur comme ils le font, en oubliant les trois derniers matchs.

Tu sais quels sont les points forts de cette équipe ?
Je connais très bien le coach. Il est très carré par rapport à son système de jeu. Je connais aussi certains joueurs avec qui j’ai évolué. Ils sont bons et il faut s’en méfier.

Tu les révèles à tes coéquipiers ?
C’est clair. De toute façon, le coach travaille avec la vidéo et connaît leurs points forts et leurs points faibles. A nous d’appuyer dessus pour gagner.

Est-ce que tu as quelque chose à dire aux supporters de Nice et à ceux de Lorient que tu va retrouver samedi ?
A Nice, qu’ils continuent à nous pousser, à nous aider pour grimper au classement, comme ils l’ont toujours fait. C’est un bon public et ils seront toujours là. Aux Lorientais, qu’ils sachent que ça me fera plaisir de les revoir.

Entre le style de jeu niçois et celui de Lorient à l’époque où tu y jouais, dans lequel préfères-tu évoluer ?
Les deux pour ne pas créer de problèmes ! Je m’adapte à tout, les entraîneurs décident et ça ne change rien pour moi.

Les supporters ivoiriens de l’ASECI te demandent « Quand est-ce que Baky vient tchater avec les ASECIstes ? »
Ah, je ne sais pas encore ! Je ne suis plus régulièrement sur mon propre site, je manque un pu de temps alors… ça va être un peu difficile pour eux.



Bon match à Lorient samedi et à bientôt !

L'équipe dehttp://bakykone.free.fr

Postez vos réactions et commentaires ici.