INTERVIEWS

Le site officiel de Baky KONE


  Retour aux interviews

Interview réalisée par Ugonice et Heidy.
http://bakykone.free.fr
Jeudi 02 novembre 2006

Baky : " Après Marseille, avant Monaco..."
Interview n°11

Quelques tours de terrains pour s'échauffer, quelques étirements pour préparer le corps aux efforts, Baky et ses coéquipiers niçois sont maintenant prêts pour prendre contact avec le ballon pour l'entraînement du jour. Ce dernier commence par un atelier-jeu le " toro ". Ensuite, place pour les aiglons au travail spécifique des situations offensives. Pour cet exercice, Baky fait équipe avec Diakité au milieu (au départ de l'action), Fanni à droite (pour centrer), et Vahirua en numéro 10 (pour les combinaisons).
Au terme de cette séance d'entraînement du jour, Baky, tout sourire, est déjà disponible et nous rejoint pour répondre à nos questions… Nous aborderons avec lui un petit tour d'horizon abordant des sujets aussi divers que la Sélection nationale de la Côte d'Ivoire, la rencontre de championnat disputée dernièrement entre son club actuel et son ancien club, Nice et Lorient, sans oublier la polémique actuelle concernant l'arbitrage ainsi que les rencontres entre clubs voisins appelés "derbys".




"Tout sourire"

Baky, comment vas-tu ? Sportivement, personnellement.
Et bien ça va… Des petits bobos, mais sinon dans la tête tout va bien, merci.

Des petits bobos ?
Oui, j'ai pris un coup hier au genou droit, donc ça me fatigue un peu. Ce n'est pas bien méchant, mais il faut le traiter. De plus, la répétition des coups engendre des traumatismes et des séquelles. Dans ce cas, on compense en modifiant certains appuis et automatiquement on ressent des douleurs ailleurs…

Début octobre, tu as été appelé en sélection nationale. Comment s'est passé ce premier rendez-vous international avec le nouveau sélectionneur ?
Très bien. Tout s'est bien passé, comme d'habitude avec la sélection de Côte d'Ivoire. Avec le nouveau sélectionneur, c'est la même chose, en plus il parle français, donc ça a été comme sur des roulettes ! On a vraiment bien bossé !

Il a de nouvelles ambitions pour la Côte d'Ivoire, que vous apporte-t-il de plus ?
Disons que sa mission consiste à mettre en adéquation le potentiel avec les résultats. Tout le monde accorde un gros crédit à cette équipe, maintenant il convient de convertir tout ceci par des victoires et des résultats positifs. Cela passe entre autres par une rigueur plus importante dans notre jeu. Pour le reste, il nous laisse une liberté dans ce que l'on sait faire de mieux. Pour résumé, il désire que nous soyons beaucoup plus gagnants.

Et ça a plutôt bien commencé avec la victoire 5-0 contre le Gabon.
Oui effectivement pour le premier match, on peut dire que nous avons atteint un de notre objectif. Remporter le premier match, devant nos supporters, de ces éliminatoires de la CAN2008. Objectif même largement atteint, puisque cette rencontre a été un festival offensif ponctué par une rigueur défensive puisque nous avons marqué cinq buts sans en encaisser un seul. De plus ceci devant notre concurrent direct. Maintenant que l'on est premier du groupe, nous allons tout faire pour qu'il en soit de même au soir de la dernière journée.



" La sélection, une preuve de confiance "

Qu'est-ce que tu penses des remaniements qu'il a effectués au niveau de la liste des sélectionnés ?
Je pense que c'est une bonne politique de sélectionner plus de locaux et plus de jeunes. Cela leur permet de voir comment se déroule une compétition internationale d'une part, et cela leur permet également de voir les paramètres qu'il faut encore travailler pour atteindre régulièrement le niveau international. C'est une bonne expérience pour eux, pour les clubs ivoiriens, et puis cela ressemble quand même à la filière que nous avons nous-mêmes suivie.

Tu fais partie des 5 attaquants que Stielike a appelés pour battre le Gabon. La concurrence est rude à ce poste…
Ça, ce n'est pas nouveau. Comme toujours il y a beaucoup de prétendants pour les postes d'attaquants.

…Donc ça doit être important pour toi d'avoir la confiance du sélectionneur.
Quand on est appelé en sélection, c'est toujours que l'entraîneur a une certaine confiance en toi, ou plutôt une confiance certaine. C'est important, oui. Maintenant rien n'est jamais acquis, il faut montrer en permanence sur le terrain, que l'entraîneur a eu raison de te sélectionner.

Justement, sur le terrain, on t'a vu jouer en tant que milieu. Comment t'es-tu senti ?
Comme je dis toujours, j'ai une formation qui me permet d'évoluer un peu partout. Sauf dans les buts, parce que j'ai déjà un handicap (rires). Donc, je peux jouer à différents postes. Et là, ça m'a permis de découvrir comment ça se passait au poste de milieu de terrain, même si cela n'était pas une nouveauté avec la sélection nationale. Et cela s'est plutôt bien passé. Donc on peut dire que ça a été.

Ce replacement n'était que temporaire, c'est bien ça ?
De toute façon, la sélection, c'est toujours temporaire. Il y en a certains qui ne seront jamais appelés, alors je ne vais pas me plaindre. Il faut montrer l'exemple aux plus jeunes. Après, c'est à moi de démontrer au sélectionneur pourquoi il devrait me mettre à mon vrai poste. Lui montrer que je peux apporter quelque chose dans un rôle de milieu de terrain, mais encore plus dans l'axe de l'attaque…


" On ne travaille pas forcément plus, mais beaucoup mieux "

On va parler de Nice. Comment as-tu vécu le début de saison difficile de l'équipe ?
Très mal, comme tout le monde. En plus, au départ, j'étais blessé, donc dans l'incapacité d'aider mes copains…Et cette position n'est pas plaisante. Le temps a passé comme ma blessure et en ce moment, on ne travaille pas forcément plus, mais peut être beaucoup mieux pour pouvoir arriver au bout de cette mauvaise période, afin de pouvoir remonter au classement.

Après Lille-Nice, Antonetti a eu des mots durs à l'égard de l'équipe et surtout des attaquants. Comment as-tu vécu ce coup de gueule ?…
Sûrement pas de la même façon que vous. Quand l'entraîneur parle devant les caméras, il parle aux spectateurs, pas aux joueurs. Longtemps je n'ai même pas su ce qu'il avait dit. On me dit toujours bien plus tard ….qu'il dit des choses…

Il a dit qu'on ne pouvait pas marquer si on a avait " deux de tension " etc. Tu ne t'es pas senti visé.
Oui, bon. Ce n'est pas bien grave… Ce n'est pas que je ne me sois pas senti visé mais… quand ça ne va pas, c'est toute l'équipe qui ne va pas. Le problème n'était pas un problème exclusif des attaquants. Il y a des hauts et des bas, c'est comme ça. Je n'ai pas envie de savoir ce qu'il a dit. Je veux juste travailler comme je sais le faire, travailler pour pouvoir aider au maximum l'équipe.



" Douter, c'est le meilleur moyen de plonger encore plus "

Alors, avant le match contre Lorient, pour toi ça faisait 8 journées sans buts. Tu commençais à te poser des questions, à douter ?
Non, non. On demande toujours à un attaquant s'il doute lorsqu'il ne marque pas. On ne doute pas, on cherche…On cherche ce qu'il faut changer pour que la situation change et s'améliore. Mais sans prétention, je ne doute jamais de mes qualités. Mais, quand ça ne vient pas, je me dis seulement que ce n'est pas le moment et je me mets encore plus au travail. D'ailleurs, douter de ses qualités, c'est exactement ce qu'il ne faut pas faire, c'est le meilleur moyen de plonger encore plus.

Jusqu'au match contre Lorient, les autres attaquants n'étaient pas plus en réussite que toi. As-tu une explication ?
Je pense que c'est global, quand la réussite n'est pas là, c'est pour tout le monde en même temps. En tout cas, pour nous, a cette période c'était le cas. Et cela démontre en plus que le problème n'était pas exclusivement réservé aux attaquants puisqu'en fait personne ne marquait. Depuis nous continuons le travail sérieusement avec des situations particulières pour les attaquants. On travaille devant le but, comme vous l'avez vu, on tente de mieux s'appliquer pour avoir plus de réussite et augmenter le ratio occasion-but.

A ce match contre Lorient, tu retrouves ton ancienne équipe et le fond des filets par la même occasion. Tu dois avoir un sentiment partagé sur ce but.
C'est clair. D'ailleurs, je n'ai pas explosé de joie. J'étais envahi par deux sentiments. Très content de marquer, mais malheureusement c'était contre Lorient… J'étais content de retrouver certaines personnes et cela s'est très bien passé avec eux, avant le match. Mais pendant le match je n'ai pas joué en étant bridé. Tout le monde sait que je suis un gagneur, un compétiteur. Et pendant le match, on ne calcule plus rien, c'est une équipe comme les autres, on essaie de gagner, c'est tout. Et c'est ce que l'on a fait.

A la fin du match, tu as donné ton maillot à un supporter lorientais. C'est un geste fort. Tu avais prévu de le faire avant le match ?
Non, c'est venu comme ça. Avec beaucoup de simplicité…cela me faisait plaisir. J'étais aimé à Lorient, et je le suis sans doute encore, alors ça m'a paru normal. C'était un geste naturel sans préméditation. Quand j'étais à Lorient, j'avais une relation particulière avec les supporters lorientais et je donnais presque tous mes maillots au public (d'ailleurs, cette pensée fait rire Baky). Nous étions souvent complices ensemble, lorsque je marquais ou pendant mes actions, alors je me suis dis en voyant ces supporters à la fin du match qu'ils y en avaient peut-être qui avaient envie de mon maillot de Nice après avoir eu celui de Lorient. Je me suis dis que si j'avais encore quelques fans à Lorient, alors je me devais de faire au moins ce geste pour eux.


" Les arbitres et moi, c'est parfois étonnant… "

L'équipe semble maintenant reprendre le bon chemin, du moins à domicile. Comment expliques-tu ce revirement de situation ?
Comme je l'ai dit tout à l'heure, je pense que l'on a travaillé beaucoup mieux. En faisant des choses simples pour que tout revienne naturellement. On sait qu'en plus à domicile nous bénéficions de l'apport de notre public qui nous pousse en permanence et qui nous fait réagir tout de suite. A l'extérieur, nous n'avons pas encore trouvé le déclic. Cela ne marche pas encore mais nous espérons tous ramener quelque chose bientôt…

Alors ensuite il y a eu le match à Rennes. Comment as-tu vécu les problèmes d'arbitrage ?
Je dirai que de toute façon, les arbitres et moi c'est un peu… particulier. Vous savez comment ça se passe ? Avec tous les coups que je prends, certains arbitres pensent encore que je fais exprès de tomber, que je simule les fautes. S'il ne prenait qu'un dixième de mes fautes subies, je ne sais pas s'il pourrait encore arbitrer. Donc, les problèmes ne datent pas de maintenant, et j'en ai déjà parlé avant. Malheureusement, il faut attendre des matchs comme ça pour que tout le monde se rende compte des problèmes de certains jugements d'arbitrage. Heureusement ou malheureusement… on verra bien ce que ça va donner par la suite et qu'elle sera l'issue de toutes ces discussions.

Et la réaction à chaud de l'entraîneur ?
La réponse est dans la question, c'était une réaction à chaud. Il a réagi comme il devait réagir. Maintenant, chacun réagit à sa propre manière, c'est tout. Je n'ai pas à porter de jugement sur sa façon de réagir. Ce n'est pas mon rôle.


" J'aime bien les derbys ! Il y a plus de pression et de motivation."

On est entre les deux derbys, Nice - Marseille et Monaco - Nice, cette période à un goût particulier pour toi ?
J'aime bien les derbys, c'est clair ! Il y a plus de pression et de motivation. Ça donne une force et une envie supplémentaires à l'équipe. Ça fait du bien et ça fait plaisir, surtout quand on gagne ! La victoire de dimanche, nous a justement fait beaucoup de bien.

Après la victoire contre Marseille (rival, 2eme du championnat, revanchard), tu penses que c'est un match référence, que la saison va vraiment partir de là ?
On espère, on espère. On a joué du début jusqu'à la fin. On a arraché le deuxième but de la victoire dans les arrêts de jeu. On s'est donné sans compter. On espère vraiment que ça va lancer notre saison.

Maintenant, il va falloir confirmer à l'extérieur. Comment vois-tu le match de samedi ?
C'est sûr, il va falloir confirmer à l'extérieur. Monaco est une bonne équipe qui n'a pas encore trouvé ses marques, et qui n'a pas encore trouvé non plus un peu de réussite. Des éléments similaires aux nôtres, sauf qu'actuellement de notre côté on commence à s'en sortir. Il y aura donc beaucoup d'enjeux. A nous de faire pencher la balance de notre côté. Ça nous ferait énormément de bien pour la suite. Surtout qu'on a besoin de points. De leur côté le besoin est encore plus important, mais bon ils peuvent bien encore attendre une semaine de plus non ? Si on peut encore augmenter l'écart en points qui nous séparent, on le fera.



" Comme disent les supporters, " on reçoit Monaco à Monaco " ! "

Est-ce que ça sera vraiment à l'extérieur ?
A l'extérieur ? C'est vrai que c'est à côté et comme disent les supporters pour ce match à Louis II , " on reçoit Monaco à Monaco " ! Ça va être un bon match !

Un petit pronostic ?
Tu sais très bien que je ne fais pas de pronostics. On verra bien à la fin... Je te donnerai mon pronostic à la fin du match (rires).

Il y a une question que tu voulais qu'on te pose ?
(Baky réfléchit) Dans tes interviews, tu me demandes à chaque fois si la famille va bien…

Alors est-ce que la famille va bien ?
(rires) oui, la famille va bien ! La famille est un paramètre de l'environnement journalier, donc ce paramètre est important à mes yeux. Et quand la vie de la famille va bien, la mienne est facilitée…

Un dernier mot pour les visiteurs de ton site et les forumistes ?
Je lis tout ce qui est écrit sur cet espace. Donc même si je ne suis pas le plus grand rédacteur du forum, j'y suis très présent…alors attention à ce que vous écrivez…je vous surveille..(sic). Donc, s'ils ont quoi que ce soit à demander ou à savoir, ils savent où aller pour me poser des questions. Je suis là, présent et ouvert ! Le plus facile est de s'inscrire sur le forum et de m'écrire par messages privés. Cette procédure permet d'avoir une réponse encore plus rapide…



Bon match à Monaco samedi et à bientôt !

L'équipe dehttp://bakykone.free.fr

Postez vos réactions et commentaires ici.